Actualités
Aspects financiers du divorce : devoir de secours et prestation compensatoire – Quelles différences ? Quelles incidences ?

Aspects financiers du divorce : devoir de secours et prestation compensatoire – Quelles différences ? Quelles incidences ?

Publié le : 21/03/2022 21 mars mars 03 2022

Lors d’une procédure de divorce, les conséquences financières de la séparation sont bien souvent au cœur des préoccupations du couple. 

Parmi ces conséquences, on entend souvent parler de facultés contributives, de disparité de revenus… Ces notions et les données pratiques de la situation peuvent conduire à devoir identifier un créancier et un débiteur. 

Au cours de la procédure de divorce, le créancier peut se voir bénéficier d’une pension alimentaire au titre du devoir de secours afin de compenser la disparité de revenus qu’engendre la séparation. 

Lors du prononcé du divorce, le créancier peut se voir attribuer une prestation compensatoire. 

Le cabinet de Maître Théodora BUCUR vous présente de manière synthétique la différence entre ces deux notions. 

Le devoir de secours

Le devoir de secours, bien qu’il ne fasse pas à proprement parler l’objet d’une définition juridique, figure parmi les obligations nées du mariage et rappelées aux époux lors de la cérémonie civile, par la célèbre disposition : « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance ». 

Il s’agit en réalité d’une obligation alimentaire, qui consiste par le biais d’une entraide financière entre époux, et à proportion de leurs ressources respectives, de ne pas laisser son conjoint dans le besoin. 

Au cours de la procédure de divorce, en raison de la cessation de la cohabitation et collaboration entre époux mais de la persistance du lien matrimonial et des obligations qui en découlent, le devoir de secours prend souvent la forme d’une pension alimentaire mise à la charge d’un des conjoints au bénéfice de l’autre.

Si elle prend généralement la forme d’un versement monétaire, il est aussi régulièrement admis qu’elle puisse être versée « en nature » par la mise à disposition gratuite du logement familial, sans que cela ne puisse donner lieu au paiement d’indemnités d’occupation. 

La prestation compensatoire 

Les alinéas 1 & 2 de l’article 270 du code civil précisent que :
« Le divorce met fin au devoir de secours entre époux.
L'un des époux peut être tenu de verser à l'autre une prestation destinée à compenser, autant qu'il est possible, la disparité que la rupture du mariage crée dans les conditions de vie respectives. Cette prestation a un caractère forfaitaire. Elle prend la forme d'un capital dont le montant est fixé par le juge
».

Le prononcé du divorce met définitivement fin au lien matrimonial et, par conséquent, au devoir de secours si l’un des époux en bénéficiait. 

Toutefois, il crée également une disparité pérenne dans les conditions de vie respectives des (ex-)époux. 

La prestation compensatoire a pour but de compenser cette disparité. 

Le juge chargé de trancher la question de l’attribution d’une telle prestation et de son montant devra tenir compte de toute une série de critères et appliquer certaines méthodes de calcul.
 
Pour la fixation du montant, il devra notamment s’intéresser : 
  • À la durée du mariage, 
  • À l’âge et l’état de santé des époux, 
  • À leurs situations professionnelles, 
  • Des choix de carrière professionnelle faits pendant le temps de la vie commune pour se consacrer à l’éducation des enfants ou encore pour favoriser la carrière de son conjoint au détriment de la sienne,
  • Le patrimoine estimé ou prévisible de chacun… 
La prestation pourra être versée, soit en capital, soit sous la forme de versements périodiques, soit une partie en capital, l’autre sous forme de versements, ou encore sous forme de rente viagère. 

Seule la rente est révisable fonction de l’évolution de la situation financière, personnelle ou encore de l’état de santé des (ex-)conjoints. 

De manière moins fréquente, le juge peut aussi décider d’attribuer la jouissance d’un ou de plusieurs biens de manière temporaire ou d’en attribuer la propriété.  

Si vous avez besoin d’être conseillé et accompagné concernant les conséquences financières de votre séparation, le cabinet de Maître Théodora BUCUR pourra vous accompagner. 

Vous pouvez prendre rendez-vous en ligne.

Textes applicables : 

Historique

<< < 1 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK